la couleur

8082010

la couleur c’est le mur que l’on ne cesse d’étaler .

C’est le mur que l’on restaure de sa propre volonté.

C’est une excuse , c’est pour caché la peur d’etre attiré par l’autre.

Quand on ne comprend pas au lieu d’apprendre on ne fait que se répéter

Des années peuvent passées mais rien ne détruit le mur que l’on a créé

C’est là que l’on ignore les battements du coeur , l’empathie .

Au lieu d’avancer on pousse le bouton  reset

et tout est à recommencer

Une boucle , on revient toujours sur les pas des hommes passés.

Et pour avancer il faut examiner chaque pas et réfléchir au chemin

que l’on veut tracer

car toujours des nouveaux venus viendront à arriver.




ou es tu mon coeur?

1082010

ou es tu mon coeur ?

Cela fait longtemps que je ne t’entends pas .

Ou es tu mon coeur qui palpite.

Je sens que je deviens un coeur glacé

un coeur qui devient blasé.

J’ai marché sur les trottoirs pendant des heures.

Je suis restée figée, devant le temps et mes erreurs .

Le feu est vert , mais moi je le vois rouge.

J’ai pensé ouvrir mes oreilles.

J’ai cru au bruit doux de l’amour.

Mais les matins au réveil,

c’est toujours triste un lit vide.

 je rêve d’un regard doux.

J’ai posé mes mains sur mon coeur de pierre.

Même la pierre a besoin d’une terre ou se poser.

ou es tu mon coeur.

j’ai la gorge sèche , j’ai la nausée.

toujours…

Ca me fait angoisser.

Ou es tu toi qui tiens ma vie , toi qui me gâte quand tout est fini.

Tu t’es brisé un matin , et tu as fuis.

Ou es tu mon coeur , de mes ennemis tu es le meilleur

ou es tu toi qui m’arrache à l’ennui.

ou es tu donc mon coeur.




la vingtaine et des poussières

30072010

La poussière se ramasse sur mes pavés depuis

que ma mère de l’hopital elle m’a rammené

Au feeling j’ai marché

démarche cool aux accents d’adolescente arriérée

j’ai troqué mes baggys pour des slims aux bas pourris

j’ai raqué pour trouvé l’amour

et comprendre même trop tard la sexualité

j’étais pas la plus aimé sur les bancs de cours

tout le monde passait sans me regarder

alors j’ai écris des lyrics juste pour dire que de la vie

j’en avais rien à blairer

j’ai mis des rasoirs dans mes tiroirs

pourtant je continuais à bien me comporter

j’ai des rasoirs dans mes tiroirs pour me tuer quand j’en aurais assez

Les années ont passé et de quatres yeux je suis passée

« oh mademoiselle veux tu aller diner ? »

mais au fond de moi reste ces ténèbres

que je n’ai jamais pu effacé

c’est vrai on te dit enfant

tu deviendras ce que tu veux quand tu sera grand

mais je suis devenu grande sans jamais y avoir pensé.

je porte mes tennis aux semelles trouées, je l’a joue celle qui est déjà blasée

Mais tout le monde sait que rester zen c’est pas le moyen de se trouver

Je me suis pris des rateaux , des ratures, des hontes, j’en ai trop pleuré

à chercher ce que cette vie elle a vraiment à me donner

traitez moi de feignasse, de petite qui n’a rien expérimenté

Mais je vous dis la vie entre réveil et coucher

je vois pas trop où regarder

Futur questionné , futur détesté

je voudrais juste m’allonger

continuer à pleurer

Jeunesse volatile, jeunesse trop docile

Je voudrais juste ouvrir les portes de ma volonté

Vous savez quoi  je suis presque sure

que votre lecture n’arrivera même pas là.

Alors sur cette mesure

je finis mon monologue

A la revoyure .

 




prétendre

30072010

Il n’est pas difficile de prétendre

être jeune, être charmeur, être chanceux, être riche

Pas difficile du tout de suivre l’hypocrisie qui vous construit

jour apres jour

Hypocrite je le suis sûrement

Fausses modesties, faux mots, paroles données

haha vieilles paroles

Qui croit aux masques de la génération travaille et travaille encore

haha portemonnaie vidé par le paquet de cigarette car on est trop stressé

Génération d’hypocrite aux accents révolutionnaires

On a pas fait woodstock

alors on cherche la mutinerie

ce petit truc qui fait que

meme si t’es hypocrite

t’as dis non donc t’es utile

Masques, homme aux milles masques , aux surfaces éraflées

trop souvent utilisées.

Homme aux mensonges , non pas mensonges

digressions

Vieille perverse de la génération.

Ahh si nos ancêtres nous voyaient

je n’y crois pas à cette folie

Génération ou pas je prétends donc je suis

C’est ca leur leitmotiv de combat.







une prof pour ses élèves |
Les Fables de Chabreh |
impressionsexpressions |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez Mireille
| La demoiselle et sa plume
| Au p'tit livre