Un état quelconque

18082010

Etat de déprimée.

Tu finis par croire que tout le monde t’en veux de ton inactivité

Tu es dans ta paranoïa

Dans le miroir il ne reste que les défauts

Tu oublies le fil du temps

Réveil, coucher.

Ca n’a pas de sens

Tu peux passer des semaines les yeux rivés au plafond

tu deviens casanier

Tu remet tout au lendemain mais t’y peux rien tu n’as même pas la force d’imaginer demain

Tu veux juste être seule

Bien sur tu veux de l’aide qui ne veut pas être aimé

Mais tu n’as même pas la force d’accepter d’être aidé

Tu te déteste, tu voudrais voir ton corps arraché

Tu ne regardes plus le autres dans les yeux

c’est vrai tu as fauté , tu es la pire

Tu te réfugies dans des lectures futiles pour oublier chaque putain de secondes

Tu finis par te demander

est ce que tu existes

Tu te promet chaque soir d’être meilleur demain

tu finis par ne pas prononcer un mot de la journée

tu ne veux pas qu’on te voit

Tu ne veux pas pleurer

Le monde devient ton ennemi

Et même tes amis sont oublié.

Tu deviens le nombril du monde mais ta douleur ne fait qu’augmenter.




Pas de quoi s’alarmer

18082010

23 h , je me couche enfin , sur cette carpette Que j’oublie de laver depuis dix ans au moins.

Je mets mon réveil pour me signaler

Qu’en me levant j’ai tout à perdre mais rien à gagner.

7h la belle au bois dormant est bien ridée

C’est quoi vous croyez vraiment que vais me réveiller

8h mon réveil sonne , j’ouvre mes yeux bouffis

J’ai pas assez dormi

9h déjà l’heure d’aller bosser

Mais j’en ai rien a battre je ne veux pas bosser.

C’est vrai-je suis déprimé

J’ai pas du tout envie que l’on me voit pleurer

C’est vrai j’ai le gros blues dans mes pensées

Quand je me dis je me lève

Eh bien je retourne pioncé

J’ai mille idées en tête , plein d’amour à donner

Pleins de projets

Faut pas s’alarmer

Hélas c’est juste un bon moment avant le retour dans ma prison.

Mais qui suis-je ?

Et même si j’ai pas confiance en moi

Alors je fume pour aller mieux

Alors je crie pour changer ce putain d’air

Qui me donne envie de gerber.

J’ai penser à quitter le monde.

Rasoir trop douloureux

Saut de l’ange , et si je me rate c’est l’hosto pas question

Somnifères , des antibiotiques ca ne fonctionne pas

Des crampes et une bouteille de vodka vide, pas de quoi délirer.

Je peux bien me pendre

Mais je préfère la solution A avant la B

C’est vrai-je suis déprimée

Entendre mon chat miauler ca me fait pleurer

Entendre un enfant chialer , ca me fait pleurer

Regarder le étoiles ca me fait encore pleurer.

Oui c’est vrai c’est tout un état d’être déprimé.




une âme

17082010

l’âme tourne autour du monde

De la foi, de la passion

De ce qui tient ,de ce que l’on construit de nos mains

Un sentiment, joyeux, indélicat, sensible à la calomnie

l’ame est loyale, traitresse au pire moment de ta vie

L’âme reste ou part , même si l’on vit on peut manquer d’âme

L’âme est ce qui réveille et empeche un sommeil sans fin

de nous engloutir,

de nous fossiliser à l’état d’un légume, ou dans le pire de se gonfler en une bulle de nerf et de colère.

l’âme est ce qui nous pousse à changer

elle est volatile sans limite , elle est infini

quand le jour nous nous demandons

qu’elle est le but d’une vie

elle nous répond patiemment

c’est ton coeur qui vibre et ce sourire

que l’on espère.

C’est cet amour que l’on attend.




ou es tu mon coeur?

1082010

ou es tu mon coeur ?

Cela fait longtemps que je ne t’entends pas .

Ou es tu mon coeur qui palpite.

Je sens que je deviens un coeur glacé

un coeur qui devient blasé.

J’ai marché sur les trottoirs pendant des heures.

Je suis restée figée, devant le temps et mes erreurs .

Le feu est vert , mais moi je le vois rouge.

J’ai pensé ouvrir mes oreilles.

J’ai cru au bruit doux de l’amour.

Mais les matins au réveil,

c’est toujours triste un lit vide.

 je rêve d’un regard doux.

J’ai posé mes mains sur mon coeur de pierre.

Même la pierre a besoin d’une terre ou se poser.

ou es tu mon coeur.

j’ai la gorge sèche , j’ai la nausée.

toujours…

Ca me fait angoisser.

Ou es tu toi qui tiens ma vie , toi qui me gâte quand tout est fini.

Tu t’es brisé un matin , et tu as fuis.

Ou es tu mon coeur , de mes ennemis tu es le meilleur

ou es tu toi qui m’arrache à l’ennui.

ou es tu donc mon coeur.







une prof pour ses élèves |
Les Fables de Chabreh |
impressionsexpressions |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez Mireille
| La demoiselle et sa plume
| Au p'tit livre