l’intransigeance d’une vieille fille: l’élégante et la harpie

23 07 2010

    Catherine était une fille charmante, au caractère doux, à la beauté bienveillante. Elle ressemblait à une fleur aux mille et une senteurs. Lorsqu’elle marchait dans la rue , elle attirait le regard de bien des hommes. Elle trouvait régulièrement dans sa boite au lettre, des lettres d’amour. Si certaines étaient jolies et touchantes, d’autres pouvaient bien être menaçante ou truffées de fautes. Catherine n’en avait cure elle répondait à chacune , d’une manière élégante. Au jeune homme fiancé qui désirait rompre avec sa promise pour elle , elle lui répondait que blesser une jeune fille ne le rentrerait pas dans ses grâces, et qu’une amourette ne remplacerait jamais , une femme aimante . Au patron d’un club qui l’invitait à faire partie de ses serveuses dénudées, elle répondit que pour l’instant elle n’était pas interessé mais qu’elle y penserait si elle avait des problèmes d’argent . A l’homme qui la menaçait de la tuer , elle répondit que son coeur n’était pas libre , et qu’aucun homme ne mériterait de risquer la prison à cause d’un amour passionné. Elle lui envoya cette lettre l’accompagnant d’une brigade policière.

   Catherine semblait donc parfaite. Mais restait seule. Elle tombait amoureuse evidemment mais aucune de ses histoires ne se concrétisait.

   Elle avait connu julien à la sortie de son travail. Un voleur venait de lui piquer son sac et tout ses papiers avec. Gentleman jusqu’au bout des ongles julien l’avait accompagné au commisariat. Les démarches terminées, le jeune homme l’avait invité à boire un café. Elle avait acceptée sans hésitation.

  Ils avaient passé une merveilleuse soirée. Ils s’étaient échangés téléphone, email.

  Mais au bout de deux semaines aucune nouvelles.

  Il est bien connu que ce n’est pas à la femme de rappeler celui qui traine dans ses pensées.

 Alors qu’impatiente elle se décida enfin à appeller.Le téléphone sonna.

  »allo? »

  »…. »

  »qui est à l’appareil? »

 S’ensuivit une longue, très longue série d’insultes, dans tous les langues possibles.

 La jeune femme au téléphone semblait hystérique.

 Folle de rage et d’incompréhension, catherine raccrocha, mais les appels continuèrent tout

 au long de la journée.

 Le plus étonnant n’était pas dans ces appels mais dans le fait que l’interlocutrice, semblait

 différente à chaque fois.

 Des harpies avaient pris le contrôle.


Actions

Informations



Une réponse à “l’intransigeance d’une vieille fille: l’élégante et la harpie”

  1. 23 07 2010
    Eric (18:58:54) :

    coucou
    merci pour ton comm par chez moi !

    j’ai déjà eu ce genre de journée lors desquelles des ptis cons me harcelaient au tel pour m’insulter lol

    vaut mieux en rire qu’en pleurer…

    bisous

    Eric

Laisser un commentaire




une prof pour ses élèves |
Les Fables de Chabreh |
impressionsexpressions |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Chez Mireille
| La demoiselle et sa plume
| Au p'tit livre